Pour notre départ vers Cusco, nous avons choisi de voyager avec une compagnie Low-cost Péruvienne : VivaAir. Il n’y a pas trop d’avis sur internet, donc on décide de tester par nous-même. Les billets nous coutent seulement 50 euros par personnes, ce qui n’est vraiment pas cher en comparaison avec d’autres compagnies.

Nous sommes d’ailleurs assez surpris des prestations pour le prix ! Le personnel est accueillant, l’avion est relativement grand et propre, pas d’attente ni pour l’embarquement ni à la réception des bagages. Le pilote nous donne même des explications en direct des sommets que nous survolons. Le vol se passe super bien.

Nous arrivons à Cusco vers 16h.

Cusco, une ville chargée d'histoire

Cusco est une ville située à 3400m d’altitude, qui fut autrefois la Capitale de l’Empire Incas. Cusco, « le nombril du monde » en Quechua,  à été classée Patrimoine Mondiale de l’Humanité par l’Unesco en 1993. La ville est pleine de petites ruelles et d’endroits cachés qui mérite qu’on s’y attarde. Au delà d’être le point de départ vers le Machu Picchu, Cusco est vraiment une ville charmante ou il fait bon vivre. De plus, ses environs regorge de sites exceptionnels !  

Pour cette ville, beaucoup d’hôtels bons marchés étaient déjà complets donc nous avons choisi un appartement sur les hauteurs de Cusco, avec vue sur toute la ville.

L’appartement est immense (120m2) juste pour nous deux ! Bon on se serait contenté de moins, mais pourquoi pas. Le quartier n’est pas top, assez loin des petites rues pavées du Centro Historico ou encore de San Blas mais les taxis ici sont vraiment pas chers du tout ( 5 soles, ce qui fait environ 1,25 euros pour rejoindre le centre-ville)

La nuit tombe déjà sur Cusco et la vue de la chambre est spectaculaire. Tim n’est pas en très grande forme, ce petit être fragile souffre du soroche, appelé plus communément, le mal des montagnes. Je rigole comme ça, mais l’acclimatation est vraiment compliqué pour ceux qui (comme nous) ne sont pas vraiment familier avec l’altitude. Cusco est quand même à 3600m, quand on sait que les plus hauts sommets des stations de ski qu’on fréquente sont à 2400m, ça fait une légère différence.

Mal de tête, souffle court, insomnies, on est servi !

Nous prenons un taxi dans la soirée pour rejoindre le quartier de San Blas, le fameux quartier artistique de Cusco ou nous découvrons la crêperie « La Bo’M ».

Le lieu est ravissant, très cozy et hyper coloré avec en prime, un petit balcon qui offre une vue sur toutes les lumières de la ville. On se sent déjà comme à la maison. Nous dégustons nos crêpes Franco-Péruviennes salées ( un régal ! ) et finissons par une Belle-Helène et une Caramel/beurre salé  accompagnés par une glace maison vanille/brownie à tomber par terre… De quoi reprendre des forces ! ( ou plutôt des kilos ) 

La nuit n’a pas été très longue entre les respirations saccadés et les 300 tournés/retournés dans le lit que nous avons effectués. On essaye de récupérer un peu avant de sortir visiter le Centro Historico et sa fameuse Plaza de Armas ! (encore une fois…)

Nous sortons donc vers 11h, et commençons la visite par la Iglesia de la Compania de Jesus d’ou nous profitons de la vue de deuxième étage sur toute la Place.

Entre temps, nous décidons de comparer les agences de tourisme afin de trouver la meilleure option pour visiter le Machu Picchu (ce qui n’est pas simple). Entre les différents itinéraires de bus, les trains, la multitudes de treks proposés, les choix à la carte, les disponibilités etc…un vrai casse-tête ! Nous nous renseignons pas mal sur le trek de Huchuy Qosqo, qui peut se faire en 4 ou 2 jours, avec, la encore, pas mal de possibilités d’itinéraires différents. Le trek, beaucoup moins connu que celui de L’Inca, permet de visiter la Vallée Sacrée et d’arriver le dernier jour sur le site du Machu Picchu. Mais le mec de l’agence nous préviens que, comme nous sommes en basse saison et que le trek n’est pas très touristique, il ne peut se faire qu’en privé au prix de…400 dollars/personne !

Ca parait beaucoup comme ça, mais vu le prix des treks vers le Machu Picchu, c’est pas forcément excessif. D’autant plus qu’il comprend certains frais incompressibles comme le train Ollantaytambo-Aguas Calientes ( 260$ A/R pour 2), le prix de l’hôtel à Aguas Calientes ( env. 30$) et l’entrée du Machu Picchu ( 92$/2 personnes) et le bus faisant l’aller retour sur le site. (24$ A/R par personne). Donc finalement, le trek ne nous semble pas si cher que ça en additionnant tout les frais.

Merci beaucoup Monsieur, bla bla bla mais on va quand même y réfléchir à deux fois. 

Revenons sur Cusco, la faim commençant à se faire ressentir, on décide d’aller manger chez « Green Point » dont on ne compte plus les éloges sur Internet. C’est un petit resto Végan ou l’on peut manger un menu assez copieux pour seulement 15 soles/personne. (4 euros, quoi)

Tim est véritablement ravi d’aller dans un resto Végan, mais c’est pour me faire plaisir ! Nous arrivons un peu tard, il ne reste plus qu’un plat pour le menu, mais ça fera l’affaire, même si pour tout avouer, on ne comprend pas très bien ce qu’on va manger)

Pour ma part, je me suis régalée, bon pour Tim, c’est pas vraiment sa tasse de thé dira-t-on.

Nous redescendons ensuite sur la Plaza, en passant par les petites rues étroites de San Blas et traversons un petit marché. Nous tombons sur 3 petites mamies habillées de manière traditionnelles avec des petits moutons et même un lama avec elles. Elle me propose de m’installer avec elle. Même pas le temps de répondre, ni une ni deux, me voila assise au milieu, un mouton collé dans les bras. (Evidemment, una propina volontaria est demandée à la fin de la photo).

Pour le coté authentique du truc, on repassera mais ça fait des souvenirs.

Nous tombons tout à fait par hasard dans la rue Hatun Rumiyoc, traduire « La pierre Majeure », une des rues les plus célèbres de Cusco, ou sont encore présentes de nombreuses fondations Inca, symboles de leur architecture. La plus célèbre de ces pierres est constitués de pas moins de 12 angles différents s’emboitant parfaitement avec les autres pierres, et le tout sans aucun ciment, oui Monsieur !

Il paraitrait qu’il est même impossible de glisser une aiguille entre elles. Les Inca auraient construits les édifices de cet manière afin de créer une stabilité quasi-parfaite et permettant ainsi de les protéger contre les risques sismiques très présents au Pérou.

 

Pas bêtes du tout ces Incas ! 

Un peu plus en bas de la Plaza de Armas se trouve une jolie placette située juste en face de la Basilica Menor de la Merced ou nous nous arrêtons prendre quelques photos.

Malheureusement, le soleil se couche déjà sur Cusco (à même pas 17h), et oui, étant placée entre les montagnes, les jours ne sont pas très longs dans la vallée.

Retour à l’hôtel, et ce soir c’est au Buffet Français que nous nous installons pour manger. Youpi, il y a du VRAI pain ! On en rêvait. Les Péruviens ne sont pas excellents en matière de pain et de pâtisseries, mais avec le niveau qu’on a en France, difficile de rivaliser.

Ayant grandi dans le pays de la baguette, difficile de trouver un meilleur pain dans le pays du Lama ! On ne se rendait pas compte à quel point nous étions accro au pain et à toutes ces petites douceurs que la France peut offrir ! Nous choisissons donc un repas bien typique : Quiche Lorraine et tarte au citron 😉

Très bon !

Encore plus à découvrir...

Soroche, quand tu nous tiens…Encore une mauvaise nuit.

Ce matin, nos partons directement acheter les « Boletos Turisticos », sorte de droit d’accès à quelques sites touristiques dans la région de Cusco. Leur prix est relativement cher en comparaison à ce qu’ils permettent de voir, mais c’est parfois la seule entrée possible pour certains sites.

Puis nous nous dirigeons visiter la Cathédrale de la Plaza de Armas. Manque de bol, c’est encore un autre ticket qui permet la visite, « le boletos religioso », que nous n’avons évidemment pas. Nous payons donc chacun le prix de la visite classique. A l’entrée de la Cathédrale se trouve plusieurs miroirs, témoignant du « reflet de l’âme », selon la légende, seuls les personnes qui n’avaient rien à se reprocher pouvaient se regarder en face  !

Après la visite, nous partons à la recherche du « Jardin Secreto », un petit restaurant décrit comme un coin paisible, un petit patio en dehors de l’agitation de la ville avec des menus pas chers du tout. Nous arrivons donc dans ce qui est maintenant «  El Jardin Cusqueno », le coin est sympa, quelques tables dans une petite cour intérieure. Malheureusement nous sommes très déçus, le burger de Tim est constitué de 3 pauvres ingrédients, pas de sauce, viande pas cuite, frites plus sèches que. Heureusement que mon plat est assez copieux pour deux !

Nous enchainons sur le « Mercado San Pedro », le plus grand marché de la ville, assez connu dans tout le Pérou d’ailleurs. A notre arrivée, les halles ou se situent habituellement le marché sont fermées, pour cause de nettoyage pendant 2 jours ! On peut imaginer à quel point le marché doit être propre le reste du temps…

La fermeture des halles n’arrêtent cependant pas les commerçants qui ont tous installés leurs stands à l’extérieur. Il y a de tout, partout. De la « bouillie » verte dans des pots en plastique, des bouteilles avec un mélange douteux à l’intérieur (on croirait des serpents, ou des poulpes, on sait pas trop), ou encore des étalages de viandes et abats à l’air libre et l’odeur qui va avec ! Miam miam ! (Je précise qu’encore une fois, nous effectuons la visite juste après avoir mangé, bonne idée)

Direction maintenant le Temple du Soleil, appelé aussi « Qorikancha » qui signifie « enceinte d’or ». A l’époque, le temple était entièrement recouvert d’or qui était le symbole, non pas de richesse pour les Incas, mais seulement la représentation du soleil. En effet, c’était alors un lieu entièrement dédié aux divinités telles que la Lune, Le Soleil ou encore la Terre.

C’est donc ici qu’avait lieu les sacres, mais également la conservations des momies royales.

Le lieu à d’ailleurs inspiré l’histoire de « Tintin & le temple du soleil » !

Aujourd’hui, le temple est un mélange assez particulier entre les anciennes constructions Incas et une architecture hispanique. A l’intérieur, nous arrivons sur le cloitre du Couvent, construit après la conquête. Le lieu est vraiment beau mais nous regrettons qu’il n’y ai pas plus d’explications.

Nous redescendons ensuite vers le centre Historique ou nous décidons de s’arrêter à « La Valériana », un petit salon de thé à l’ambiance très british. De quoi faire le pleins de pâtisseries ! (pas vraiment courantes au Pérou). Mon thé (rose) arrive, je me sers une fois, deux fois, à la troisième, je sens « quelque chose » arrivée dans ma tasse. Je pense d’abord à une petite cerise confite présente dans la théière, mais à y regarder de plus près, non, non, c’est juste une grosse guêpe/abeille. Bon ok, la serveuse m’avait dit qu’il y avait du miel dans le thé, mais je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’il soit produit en direct ! Seul avantage : au moins je n’ai pas payé le thé !

Nous rentrons ensuite à l’hôtel pour passer la soirée.

Saksaywa...quoi ?

Ce matin, nous avons décidé de prolonger notre séjour à Cusco. La ville renferme un patrimoine culturel et historique très riche et il est impossible de faire le tour en seulement 2 jours ! Et puis, cela correspond à notre vision du voyage : on se fait une certaine idée des lieux, tout en restant ouverts aux surprises pas forcément prévues. Le temps qu’on s’accorde par pays nous laisse donc pas mal de marge dans chaque destination.

On choisit quand même de changer d’hôtel, celui qu’on avait actuellement étant assez cher et éloigné du centre ville. On réserve à l’hôtel « Madre Tierra », situé dans le quartier de San-Blas avec des prix raisonnables. L’hôtel est en fait dans une maison remplie de bois et de bambous, la déco est assez rustique mais c’est adorable. La chambre est relativement grande et donne sur une petite rue calme de San-Blas. Je suis ravie !

Cet après midi, nous partons visiter le site de « Sacsaywaman » situé sur les hauteurs de Cusco (3700m d’altitude). Le site est un sanctuaire archéologique représentant la tête d’un Puma, animal sacré chez les Incas. La grandeur du site est impressionnante. Cette forteresse aurait surtout servie pour défendre la Capitale Inca contre les éventuels envahisseurs.

A notre arrivée, le temps n’est pas vraiment au beau fixe, il y a même des éclairs sur les montagnes d’en face. Ca sent pas bon tout ça..

Nous nous empressons de visiter les ruines jusqu’à arrivé sur un Mirador qui offre un magnifique point de vue sur toute la ville et les montagnes environnantes !

C’est à couper le souffle. 

A peine le temps d’en prendre pleins les yeux, la pluie s’abat sur nous. Nous attendons quelques minutes au pied d’un arbre, mais la pluie ne cessera finalement pas de si tôt ! C’est donc trempés que nous sautons dans un taxi pour rentrer ! Dommage pour le reste de la visite…

En fin d’après midi, nous prenons un (très) grand chocolat chaud à l’Atelier, un concept store, pas du tout dans l’esprit Péruvien, les prix non plus d’ailleurs. Mais le lieu est mignon avec une jolie vue et une ambiance sympa.

On traine un peu dans le quartier de San-Blas, on achète deux trois souvenirs (et les fameuses cartes postales), avant de rentrer.

Ce soir, on retrouve des amis d’enfance de Tim venus eux aussi, visiter le Pérou.